THE LOBSTER « Film de tarés » ou « tragédie grecque » ? par Yves Bertault

The-Lobster

Après le débat du 15 février…
Retour sur
THE LOBSTER
« Film de tarés » ou « tragédie grecque?

Le moins que l’on puisse dire c’est que le débat a été vif à l’issue de la projection du film THE LOBSTER de Yorgos Lanthimos,

lundi 15 février dernier !

Si le public qui remplissait la salle a su rester jusqu’au terme de ce film, ce fut pour certains au prix d’un effort…certain.
Images fortes aux limites du soutenable, personnages perturbés et perturbants, scénario imprévisible qui annonce plusieurs conclusions ouvertes…le tout sous l’œil d’une caméra virtuose.

Ce film polémique, mais récompensé à Cannes en 2015, ce film détestable et magnifique allait aussi enflammer les passions à Granville…
Dans un échange très participatif et passionné d’après film, sur le thème générique du couple, allaient se confronter des expressions diverses, contradictoires, mais aussi complémentaires.

Pari vain et perdu d’avance pour l’artiste qui se confronte à « ce sujet intraitable de l’amour », voire « film qui ne dit rien, un film de taré », autant dire que ça partait fort…
D’autres pointaient « l’universalité de la tragédie de ce réalisateur grec : l’amour, la trahison et la mort. »
« Film métaphorique sans histoire réelle avec des tableaux qui manquent de liens » ou  » scénariste désespéré qui souligne une organisation sociale coercitive qui enferme l’individu dans un choix binaire totalitaire entre le couple ou le refus du couple  » ?

Y-a-t-il moyen d’échapper à la « dictature du couple comme modèle de vie conforme » et comment préserver son libre arbitre sans tricher ? Le débat est resté ouvert et n’a pas tranché ces questions.
Débat qui vivra aussi longtemps que ce homard à la longévité si enviée par David, le personnage central du film …

Publicités

Fidelio, l’odyssée d’Alice

SYNOPSIS

Premier long-métrage de la réalisatrice Lucie Borleteau, Fidelio nous invite à suivre les dérades sentimentales du personnage d’Alice. 

Alice, 30 ans, est marin. Elle laisse Félix, son homme, sur la terre ferme, et embarque comme mécanicienne sur un vieux cargo, le Fidelio. A bord, elle apprend qu’elle est là pour remplacer un homme qui vient de mourir et découvre que Gaël, son premier grand amour, commande le navire.
Dans sa cabine, Alice trouve un carnet ayant appartenu à son prédécesseur. La lecture de ses notes, entre problèmes mécaniques, conquêtes sexuelles et mélancolie amoureuse, résonne curieusement avec sa traversée.
Au gré des escales, au milieu d’un équipage exclusivement masculin, bercée par ses amours qui tanguent, Alice s’expose au bonheur de tout vivre à la fois et tente de maintenir le cap…

Projection suivie d’un débat:

 « La mer, un métier d’homme ? »

Nous recevrons des représentants des milieux professionnels de la mer »

BANDE ANNONCE