De chaque instant, par Daniel Gandanger

Un film de Nicolas Philibert (1h45)

(sortie 29 août 2018)

 

UN DOCUMENTAIRE SANS FIORITURES 

MOINS CONVENTIONNEL QU IL N’EN A L’AIR

 

Contexte :

La France compte plus de 330 Instituts de Formation en Soins Infirmiers.(IFSI)

Comme celui de Granville, ils sont souvent rattachés à un centre hospitalier.

Le film est tourné à l’IFSI de la Croix-Saint Simon à Montreuil.(une petite école : 90 élèves, de toutes classes sociales). Cet établissement  dépend d’une Fondation. A ce titre c’est un établissement privé reconnu d’utilité publique.

Nicolas Philibert a eu le déclic de ce film, un hommage aux personnels soignants, suite à une embolie qui l’a mené dans un service de soins intensifs.

 

Le film.

Bande son volontairement dépouillée, quasiment sans musique.

Un documentaire de type classique, construit en trois parties (les trois années de formation comprennent six stages, un par semestre)) .

Trois parties bien distinctes gagnant progressivement en intensité. La linéarité temporelle est respectée sans aller retour

On ressent dès le début une dynamique de groupe, aucun élève n’est traité ou mis en valeur en particulier.

Un des côtés  qui m’ont plu dans ce film,  c’est la manière d’aborder la grande diversité culturelle de cette école et aussi de mettre en valeur , voire démystifier ce métier avant tout féminin mais aussi attirant des hommes.

Trois exemples :

Un élève parle librement du Ramadan qu’il vit intensément dans son milieu et qu’il doit concilier avec ses études.

Un autre de la relation aux personnes âgées dans ses traditions familiales africaines.

La scène de l’accouchement dans la première partie, est un moment d’anthologie ;  c’est un homme, avec un vagin postiche, qui met au monde  le bébé mannequin. Enorme.

Moment plein d’humour mais pas anodin.

Des séquences révélatrices et salutaires par ces temps de repli identitaire et d’intolérance à la différence .

 

Construction.

La première partie est axée  sur l’apprentissage , la théorie, et la transmission de savoir des soignants formateurs vers les élèves. C’est le côté plutôt technique.

On s’aperçoit que le geste le plus banal , paraissant pour nous le plus simple doit être maîtrisé  pour éviter l’erreur lourde de conséquence.

On ressent déjà la motivation et l’émergence des personnalités.

La deuxième , sur les stages et la mise en application «  sur le terrain » des connaissances acquises.

On ressent le trouble, les angoisses des élèves dans l’approche de la réalité de leur métier

Leur relation avec les malades est un côté intéressant de cette séquence.

La troisième partie, la plus forte à mon sens, rassemble des témoignages très émouvants où les élèves racontent leur parcours , leurs expériences en face à face avec les formateurs, cadres de santé.

On va vers le dénouement du stage, vers l’acquisition du diplôme. C’est l’heure du bilan.

C’est ici , dans ces échanges, d’une grande humanité, que ressort la motivation des élèves : l’amour de leur métier

Des moments très émouvants ressortent .

Conclusion

On pourrait regretter qu’ à aucun moment le film ne laisse transparaître directement le malaise du milieu hospitalier.

Le réalisateur , c’est un parti pris, ne veux pas asséner.

La dimension politique reste toutefois présente en creux.

Nicolas Philibert laisse au public le soin d’en saisir la réalité.

Une autre subtilité de cette œuvre intéressante.

 

Daniel Gandanger

Ciné Débat Granville

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.